Conférences

Claire BAREL-MOISAN

« Louise Michel, science et politique », 6ème festival international des écrits de femmes, Maison de Colette, 14-15 octobre 2017.

Lorsqu’on pense à Louise Michel, la première image qui vient à l’esprit est sans doute celle de l’icône de la Commune. On la connaît avant tout comme la militante de l’anarchisme, la conférencière qui parcourt la France en défendant la révolution et le féminisme. Que ce soit pour la présenter sur un mode hagiographique comme « la bonne Louise », qui a dédié sa vie à la cause des déshérités ou pour faire d’elle un épouvantail, la pétroleuse, celle qu’on a appelée « la vierge rouge », la critique a eu tendance à se concentrer sur sa biographie et sur ses discours politiques, en laissant de côté la diversité de son œuvre, aussi bien scientifique que littéraire. Louise Michel n’est pas à proprement parler une savante, mais la science joue un rôle essentiel dans son projet utopique, et elle est également au cœur de ses fictions. On explorera cet aspect sans doute moins connu de la figure de Louise Michel, son œuvre littéraire, pour voir comment l’usage qu’elle fait de la fiction complexifie son message politique, et pour évaluer l’originalité de son positionnement dans l’histoire culturelle des sciences, au tournant du XIXe siècle.

« La Fée Électricité : espoirs et craintes de la modernité », Université de Middlebury (Etats-Unis), 8 août 2017

En 1900, l’Électricité, symbole de la modernité, triomphe à l’exposition universelle de Paris. La littérature et les arts célèbrent la toute-puissance acquise grâce à cette énergie. Zola et Verne imaginent ainsi les sociétés utopiques qui pourront naître de la généralisation de son usage. Mais une autre image de l’électricité se développe à travers la presse, les caricatures, les romans d’anticipation et le premier cinéma. Entre inventions loufoques et savants prométhéens inquiétants, la merveille peut se muer en cauchemar…

 

« Exploring the Oceans: Submarine worlds in Jules Verne and French Modern Literature », Université d’Uppsala (Suède), 6 avril 2017

 

 

 

« L’art en question : le « téléphonoscope » et la nouvelle industrie du spectacle dans les romans futuristes d’Albert Robida », Université d’Uppsala (Suède), 3 avril 2017

 

 

 

Avec Delphine Gleizes : « L’électricité dans la littérature du XIXe siècle : fascination, rêves et peurs », Université Lyon 1, Bibliothèque universitaire Sciences-Doua, 13 octobre 2016. En ligne

Le XIXe siècle constitue un moment clef dans l’histoire de l’électricité, où une grande diversité d’applications techniques sont découvertes par le public grâce à des prototypes (expérimentations présentées par exemple dans le cadre des expositions universelles), mais pénètrent aussi peu à peu dans la vie quotidienne (éclairage, énergie motrice, communications…). Cette conférence envisage la fascination que produisent ces innovations à travers la place qu’elles occupent dans les fictions romanesques, entre autres dans la littérature d’anticipation qui se développe dans la seconde moitié du siècle. Entre rêves, peurs, et satire, ces textes déploient un imaginaire électrique qui nourrit encore en partie nos représentations de l’électricité.

 

« Rêver le théâtre du futur dans le roman d’anticipation scientifique d’Emile Souvestre (1846) à Albert Robida (1883) », Université d’Uppsala (Suède), 16 décembre 2014

 

 

 

Delphine GLEIZES

 

 

Avec Axel Hohnsbein, « Voir et rêver l’invisible : les rayons X dans la presse et la littérature », Archives municipales de Lyon, dans le cadre de l’exposition Rayons X. Une autre image de la Grande Guerre, Mardi 12 décembre 2017.

 

 

Avec Denis Reynaud,  « « Machines à voir »: histoire des inventions et fantaisies optiques », Rendez-vous de l’histoire, Blois, Eurêka. Inventer, découvrir, innover, 7 octobre 2017.

Avec Claire Barel-Moisan, « L’électricité dans la littérature du XIXe siècle : fascination, rêves et peurs », Université Lyon 1, Bibliothèque universitaire Sciences-Doua, 13 octobre 2016. En ligne

Valérie STIÉNON

« Nikola Tesla », séminaire de l’imaginaire de la Bibliothèque des Littératures d’Aventures, au Théâtre de Liège, 26 octobre 2017.